Anse-Vata
Un mythe s’effondre

Le Rocher à la Voile, entre la baie des Citrons et l’anse Vata, s’effondre peu à peu, semble-t-il. Pour les Calédoniens, ce site est mythique. Il a même donné son surnom à la Nouvelle-Calédonie.

Historiquement, c’est le coin des amoureux, des couchers de soleil, des mouchoirs blancs agités en direction des passagers des bateaux. Du Rocher à la Voile (que l’on appelle ainsi car les marins qui arrivaient avaient, paraît-il, l’impression que c’était une voile de jonc), on vient depuis toujours voir les voiles s’enfoncer à l’horizon. Et à marée basse, on va y chercher des coquillages en famille.
Aujourd’hui, il s’effondre. C’est en tout cas l’avis de plusieurs Calédoniens qui, depuis des années, ont pu voir son évolution. Parmi eux, Philippe Rothéry, Calédonien passionné par l’histoire de son pays, qui l’observe consciencieusement. « On a constaté que le Rocher à la Voile a changé un peu de visage, annonce-t-il. Il donne l’impression de se fissurer de plus en plus. On voit des morceaux de roche par terre et l’emplacement
où ils étaient avant. Avant, il était carré en haut, maintenant beaucoup moins et il paraît plus penché. J’ai même peur de monter dessus à cause des fissures. »

« Un beau jour, il va se casser la figure »

Déjà, en décembre 2003, de fortes pluies avaient provoqué un éboulement sur le Rocher à la Voile. Et aujourd’hui, les hypothèses pour expliquer la triste évolution du rocher ne manquent pas : « Comme tous les rochers dans la mer, il s’effondre, avec l’érosion de l’eau. Mais là, il y a un petit arbre d’un mètre de haut qui a poussé en son sommet et qui semble être un banian. Les racines de cet arbre sont extrêmement puissantes. Donc si c’est un banian, c’est grave, mais
une autre catégorie d’arbre peut aussi causer des dégâts », s’inquiète Philippe Rothéry.
Certes, ce rocher n’est pas très impressionnant et il pourrait paraître incongru de s’apitoyer sur son sort. D’autant plus que son « amaigrissement » ne présente que peu de danger pour l’humain : les « chances » de se prendre une roche sur la tête sont heureusement minces. Mais le Rocher à la Voile est mythique dans la société calédonienne. Et c’est de lui que vient le surnom du pays : le Caillou (voir encadré). Ça n’est pas rien. Toutefois, du côté des scientifiques, on concède ne pas avoir, pour l’heure, étudié la question.
« Si on veut conserver ce lieu mythique, il faut peut-être y faire attention, à commencer par arracher l’arbre, conclut le maître voilier. Car, un beau jour, il va se casser la figure. Les gens l’aiment bien, ce serait dommage… »

Jon Elizalde

Le Caillou, c’est lui !

Diverses sources convergent vers la même hypothèse : le surnom « le Caillou » aurait été donné au pays pour évoquer le Rocher à la Voile, où les parents et amis se réunissaient pour dire adieu à ceux qui prenaient le bateau pour quitter le pays.

bon je sais: il y a vraiment plus important dans la vie...mais si  ce petit bout de rocher s'en va: ben c'est vraiment une bonne partie de ma vie qui s'en ira, même si tout est dans ma petite mémoire... On ne voit que cela,lorsque nous allons sur cette plage.. Un rocher qui lui, a dû en voir des verets et des pas mûres!!! Avec le shumais, tout est possible!

Au fait gamine, c'etait le lieux de mes baignades : les mercredi, maman nous y emmener, car pour elle c'était  l'endroit de Nouméa le moins pollué.. Qu'est ce que j'en fait des baignades!!!!  Et plus tard, c'était les rencontres de jeunes: en face de ce rocher, il y a une petite place: un camion s'y tenait, et le propriétaire vendait des barquettes...de mets asiatiques... je ne me rappelle plus du nom de ce camion, mais nous allions toujours au même!!!!  Cela existe toujours ces "camions???  ".... et souvent c'était le lieux de rendez vous entre nous...

AH!!! souvenirs.... souvenirs.. quand tu nous tiens....